Lettre aux rédacteurs: Bière dans les épiceries : la commodité entraîne des coûts

Par la Dre Penny Sutcliffe – médecin-hygiéniste/directrice générale

À sa réunion du 16 avril 2015, le Conseil de santé de Sudbury et du district a adopté une motion pour exprimer ses inquiétudes graves concernant l’augmentation de ladisponibilité proposée de l’alcool en Ontario. Une semaine plus tard, l’Ontario a pris une décision importante pour rendre l’alcool plus accessible au public. La province a annoncé que la bière sera vendue bientôt dans les épiceries en Ontario. Le vin sera aussi disponible éventuellement.

L’opinion publique semble en faveur de cette décision. Cependant, il y a de vrais coûts financiers et de santé lorsqu’on veut rendre l’alcool plus accessible. 
L’idée qu’une augmentation de la disponibilité de l’alcool va permettre de faire économiser de l’argent aux contribuables n’est pas vraie. En 2013-2014, les revenus d’alcool et de taxes ont atteint un total de 3 milliards de dollars. Cependant, les coûts au niveau social, dans les soins de santé, et le maintien de l’ordre public pour ce qui est de l’abus d’alcool étaient de plus de 5 milliards de dollars. En fait, rendre l’alcool plus accessible va coûter plus cher aux contribuables.

Il peut être surprenant d’apprendre que l’alcool est la deuxième cause principale de décès, de maladie et d’invalidité au Canada. Une plus grande disponibilité augmente la consommation et ce n’est pas seulement la consommation excessivequi cause des problèmes de santé. Même une seule boisson alcoolique par jour peut causer plusieurs différents types de maladies y compris les cancers du sein, du côlon, du foie, de la bouche et de la gorge. La consommation d’alcool peut augmenter la tension artérielle, ce qui peut causer aussi un accident vasculaire cérébral et dans les cas où l’on consomme beaucoup trop, l’alcool est dangereux pour le cœur. Au niveau social, l’abus d’alcool entraîne des problèmes dans la communauté et la famille, dont la violence et les effets dévastateurs de la conduite en état d’ébriété.

Il y a un gros prix à payer pour rendre l’alcool plus accessible. Le concept de commodité va tous nous coûter plus à la fin. Nos représentants élus doivent évaluer avec soin les avantages et les inconvénients et agir de façon responsable pour protéger la santé et le bien être de toute la population ontarienne. 

Dernière modification : 5 juin 2015