Conseils aux fournisseurs de soins de santé et aux maisons de soins de longue durée et de retraite (COVID-19)

Sur cette page :


Personnes travaillant dans le domaine des soins de santé

Le dépistage de la COVID-19 est offert à toutes les personnes qui travaillent en santé, qu’elles présentent des symptômes ou non. Si vous travaillez dans le domaine des soins de santé et que vous présentez des symptômes de la COVID-19, isolez-vous immédiatement (apprenez comment le faire) et avisez-en votre employeur ou votre service de santé et sécurité au travail.

Le personnel présentant de nouveaux symptômes qui correspondent à ceux de la COVID-19, y compris des symptômes atypiques, doit être identifié, examiné et pris en charge rapidement, et doit obtenir notamment un accès garanti au dépistage. Le personnel symptomatique en attente de résultats de test doit être en arrêt de travail et en isolement. Apprenez-en davantage sur les personnes admissibles au dépistage.

Il existe aussi un certain nombre de documents d’orientation du ministère de la Santé pour le domaine de la santé et les autres secteurs qui sont offerts ci-après à titre d’information.

Maisons de soins de longue durée et de retraite

Le 24 avril 2020, Santé publique Sudbury et districts annonçait que les résidents et résidentes et le personnel des 13 maisons de soins de longue durée qui se trouvent sur son territoire feraient l’objet de tests pour une surveillance ciblée de la COVID-19. Le 22 mai 2020, Santé publique annonçait la coordination du dépistage de la COVID-19 chez les personnes résidant ou travaillant dans les 12 maisons de retraite de son territoire dans le cadre de l’étape suivante à suivre pour la surveillance ciblée. Ces tests font partie de l’initiative provinciale de surveillance destinée à brosser un tableau ponctuel de la situation dans les lieux d’hébergement en commun comme les maisons de soins de longue durée et de retraite.

Dans le contexte de cette initiative de surveillance, les renseignements qui suivent fournissent des conseils de santé publique et une interprétation de la la Directive no 3 du médecin-hygiéniste en chef (datée du 10 juin 2020) et le Document d’orientation sur l’éclosion de COVID-19 à l’intention des foyers de soins de longue durée (daté du 15 avril 2020), particulièrement en ce qui touche la prise en charge des personnes ayant eu des contacts étroits avec un membre symptomatique du personnel et la déclaration d’éclosions. Les maisons de soins de longue durée doivent s’assurer que toutes les mesures exposées dans leurs grandes lignes dans les directives sont en place. Cela comprend, sans s’y limiter, le port du masque et le triage pour le personnel ainsi que les restrictions concernant les visites. Les maisons de retraite doivent prendre toutes les mesures raisonnables pour suivre ces directives. Bien qu’il soit reconnu que ces mesures sont plus strictes que pour d’autres maladies respiratoires, les directives provinciales sont élaborées pour être proportionnelles au risque et visent à garantir que nous offrons la meilleure protection possible aux résidents vulnérables et au personnel.

Symptômes chez le personnel

Symptômes chez les résidents et résidentes

Veuillez noter que si l’établissement a récemment été soumis à des tests de surveillance, il se peut que les résidents et les membres du personnel qui ont été en contact étroit avec la personne malade n’aient pas à passer un autre test. Cela dépendra d’un certain nombre de facteurs et sera déterminé en consultation avec Santé publique.

Si le résultat du test qu’a passé la personne symptomatique est positif, une éclosion est déclarée d’après l’évaluation de Santé publique, en conformité avec les directives ministérielles. Veuillez noter que selon la Directive no 3 du médecin-hygiéniste en chef de l’Ontario datée du 21 mai 2020, lorsque seuls des résidents asymptomatiques ou des membres du personnel avec des résultats positifs sont découverts dans le cadre de l’initiative des tests de surveillance renforcée, il pourrait ne pas être nécessaire de déclarer une éclosion. Cela doit être évalué en consultation avec Santé publique.

Remarque : Une personne ayant eu des contacts étroits se définit comme une personne qui a fourni des soins (personnes travaillant dans le domaine des soins de santé, parents et autres soignants) ou qui a eu des contacts physiques semblables, a vécu ou a eu autrement des contacts étroits et prolongés (une longue exposition peut se définir comme ayant duré plus de 15 minutes) avec un cas probable ou confirmé pendant que la personne était malade. Elle est évaluée comme si elle présentait un risque très élevé d’exposition à un cas ou à un patient, une patiente, un résident, une résidente ou un membre du personnel présentant des symptômes qui correspondent à ceux de la COVID-19. Les personnes travaillant dans le domaine des soins de santé pourront réduire leur risque d’exposition à des personnes présymptomatiques (jusqu’à 48 heures) ou symptomatiques en prenant les précautions concernant les contacts et les gouttelettes lorsqu’elles leur prodiguent des soins directs à une personne ou qu’elles se trouvent à moins de deux mètres d’elles. Si d’après l’évaluation de l’employeur, il se trouve que le risque d’exposition n’est pas élevé chez ces personnes parce qu’elles ont toujours pris les précautions appropriées concernant les contacts et les gouttelettes (sans commettre d’erreurs), il y a lieu d’en discuter avec Santé publique, et ces personnes pourront ne pas avoir à passer un test en attendant le résultat pour la personne symptomatique, à condition qu’elles s’isolent au travail pendant cette période.

Éclosions

Si le membre du personnel ou la personne résidente qui présente des symptômes obtient un résultat positif à un test de dépistage, une éclosion est déclarée à partir de l’évaluation de Santé publique, conformément aux conseils du ministère. Des éclosions de COVID-19 ne sont pas déclarées automatiquement dans les maisons de soins de longue durée, les maisons de retraite et les autres milieux de vie collectifs lorsqu’un cas est confirmé. Selon la Directive no 3 du médecin-hygiéniste en chef datée du 10 juin 2020, « Lorsque seuls des résidents asymptomatiques ou des membres du personnel avec des résultats positifs sont découverts dans le cadre de l’initiative des tests de surveillance renforcée, il pourrait ne pas être nécessaire de déclarer une éclosion ». Santé publique évalue chaque situation particulière pour déterminer si une éclosion devrait être déclarée, notamment, par exemple, la profession, les expositions dans le milieu, les symptômes liés au cas, les facteurs de risque précis et l’épidémiologie locale.

Contacts étroits

Une personne ayant eu des contacts étroits se définit comme une personne qui a fourni des soins (personnes travaillant dans le domaine des soins de santé, parents et autres soignants), a vécu, ou a eu autrement des contacts étroits avec une personne désignée comme un cas probable ou confirmé pendant que cette personne était malade, ou qui a eu des contacts physiques semblables. Dans le cadre des maisons de soins de longue durée et de retraite, il est important d’appliquer ces définitions de manière conservatrice afin de protéger les résidents et les résidentes vulnérables. Bien qu’il puisse y avoir des exceptions, en général, voici ce qui s’applique à ces lieux d’hébergement :

Une personne ayant eu des contacts étroits est évaluée comme si elle présentait un risque très élevé d’exposition à un cas, un patient, une patiente, un résident, une résidente ou un membre du personnel présentant des symptômes qui correspondent à ceux de la COVID-19. Les personnes travaillant dans le domaine des soins de santé pourront réduire leur risque d’exposition à des personnes présymptomatiques (jusqu’à 48 heures) ou symptomatiques en prenant les précautions concernant les contacts et les gouttelettes lorsqu’elles prodiguent des soins directs à une personne ou qu’elles se trouvent à moins de deux mètres d’elle. Si d’après l’évaluation de l’employeur, il se trouve que le risque d’exposition n’est pas élevé chez ces personnes parce qu’elles ont toujours pris les précautions appropriées concernant les contacts et les gouttelettes (sans commettre d’erreurs), il y a lieu d’en discuter avec Santé publique, et elles pourront ne pas avoir à passer un test en attendant le résultat pour la personne symptomatique, à condition de s’isoler au travail pendant cette période.

Masques

L’usage du masque pour le contrôle à la source est obligatoire pour tout le personnel et tous les visiteurs essentiels dans les maisons de soins de longue durée de la province. Les maisons de retraite doivent prendre toutes les mesures raisonnables pour suivre cette directive. Il s’agit d’une mesure de protection supplémentaire. Cependant, en raison de l’extrême vulnérabilité des résidents, le port universel du masque n’élimine pas la nécessité d’autres mesures de contrôle pour protéger les personnes qui ont eu des contacts étroits avec du personnel symptomatique. Par conséquent, celles-ci doivent être identifiées, isolées et doivent passer un test, même lorsque celui-ci portait un masque chirurgical pour le contrôle à la source.

Équipement de protection individuelle (ÉPI)

Si vous prévoyez que votre établissement sera aux prises avec des problèmes d’équipement de protection individuelle, veuillez vous assurer de le souligner aux personnes concernées.

La COVID-19 dans les maisons de soins de longue durée et de retraite a constitué un véritable risque aux conséquences tragiques un peu partout en Ontario et ailleurs. Veuillez noter que les renseignements fournis précédemment sont conformes aux documents d’orientation actuels du ministère. Ils peuvent changer à mesure que les directives sont mises à jour en fonction de l’évolution des données scientifiques sur la COVID-19.

Si vous avez des questions ou s’il vous faut d’autres renseignements, n’hésitez pas à communiquer avec Santé publique Sudbury et districts au 705.522.9200, poste 301.\

Foire aux questions – Maison (foyer) de soins de longue durée ou de retraite

Quelles sont les exigences qu’une personne résidente doit respecter lors d’une consultation externe essentielle ?

Selon le document d’orientation sur l’éclosion de COVID-19 à l’intention des foyers de soins de longue durée (daté du 15 avril 2020), lorsqu’une personne résidente ou son mandataire spécial juge une consultation externe essentielle, le foyer doit fournir un masque à la personne et devrait l’encourager à le porter pendant sa sortie, si elle le tolère. À son retour, elle devrait être soumise à un dépistage. Cependant, si elle est asymptomatique, elle n’a pas à passer le test ou à s’isoler. Conformément à la Directive no 3 du médecin-hygiéniste en chef, le foyer doit effectuer un dépistage actif et une évaluation de tous les résidents au moins deux fois par jour.

Communications directes de Santé publique Sudbury et districts

Liens utiles :

Santé publique Sudbury et districts

Agence de la santé publique du Canada

Ministère de la Santé de l’Ontario

Santé publique Ontario

Apprenez-en davantage sur les symptômes et la manière de vous protéger contre la COVID-19.


Dernière modification : 22 septembre 2020